Chers visiteurs (de la première heure)

Les outils Google Analytics embarqués dans ce blog indiquent dès à présent quelques visites. Ce site n’étant pas encore officiellement en fonction, c’est à vous que je m’adresse :

img479a9e2637591

Chers visiteurs de la première heure,

D’hors et déjà, merci d’avoir pris le temps de passer par ici! Cependant, comme vous pouvez le constater, ce lieu est encore pauvre en contenus. En effet, il s’agit pour l’instant d’une « phase alpha » d’un projet personnel ; veuillez donc excuser d’actuelle insuffisance d’articles. D’ailleurs, si vous avez des remarques, n’hésitez pas à utiliser la fonction ‘commentaires’ ou à m’écrire (andre *at* andrebenoit . com).

Néanmoins, si vous êtes encore à me lire, je vous annonce travailler sur deux sujets : la patience, ainsi que la prise de risques…

De la prise de décision

Premier article à caractère plus philosophique! Il était temps, c’est censé être l’objet principal de ces carnets…

Le sujet que je souhaite donc aborder est la prise de décision. Etant confronté personnellement à une décision qui m’engagera sur plusieurs années, j’ai un peu pensé au problème sous un angle en particulier : une prise de décision peut-elle être entièrement rationnelle?

Commençons par une petite analyse sémantique, histoire de se sentir en terminale à nouveau. Un élément intéressant est le verbe choisi : on prend une décision, en anglais make a decision, en allemand eine Entscheidung treffen. A part en allemand, où on va dire que l’expression a été décidée pendant l’Oktober Fest, le verbe traduit toujours une action dynamique, impliquant le sujet.

Comment alors prend-on une décision?

Chronologiquement, et je pense que cela est valable pour tous, on analyse la situation : quelles possibilités, pour quelles conséquences. Cela implique bien entendu l’usage de la raison, comme outil de cette analyse. Mais voilà, arrivé au point où cette analyse est faite, force est de constater que la décision n’est pas prise. Dans le meilleur des cas, on peut voir un possible émerger devant les autres, mais c’est bien tout ce que la raison peut faire.

Car finalement, ce n’est pas la raison qui prend la décision, non – c’est le sujet. C’est à dire nous, c’est à dire la conscience. (un peu facile, je sais…) Cependant la raison n’est pas la conscience, il n’y a pas équivalence des termes : la raison est clairement un élément composant la conscience, mais la conscience ne se réduit certainement pas à la raison, je prends pour preuve de cela l’existence des sentiments! Comment alors interviennent donc ces autres facteurs tels que notamment les sentiments?

Je crois qu’avant tout il s’agit d’une question de choix. Au risque de dire des platitudes sur la nature humaine, un certain Rousseau a montré il y a de ça quelques temps que le propre de l’humain était finalement de ne pas avoir de nature – nous ne sommes pas déterminés. Tout ça pour dire que nous sommes libres face au choix de la pondération à donner aux différents éléments dont nous sommes conscients pour la prise de décision.

Car oui, dire que ce choix serait entièrement rationnel est une erreur. Je m’explique. Si je choisis de suivre ma raison, alors je serai rationnel. Mais au moment d’effectuer ce choix, le suis-je déjà? Comme je ne suis pas ma raison, et que je ne la suis pas encore (^^), la réponse serait a priori négative. Cela signifie que l’on ne peut faire un choix entièrement rationnel, et que finalement prétendre ignorer d’autre facteurs (comme les sentiments) serait irrationnel!

Mon sentiment sur la question est qu’il s’agit de trouver un équilibre. C’est finalement par notre volonté que cela finit, où une approche holistique convient pour trouver une osmose entre ces facteurs, afin prendre la décision optimale, par rapport aux faits extérieurs comme par rapport à soi.

Voilà une première approche de la question, dont j’espère qu’elle peut ouvrir des voies. Bientôt un autre article dans la même lignée…

Voyager avec la SNCF, ce luxe!

Il faut être ami avec la planète, laisser la voiture au garage, être « citoyen », et bla et bla et bla. Certes, mais je trouve que cela revient quand même cher!

Pour ces vacances de la toussaint, j’ai acheté un aller-retour entre Grenoble et Angers. Bon OK, j’ai acheté mon billet 10 jours avant, pour cela je plaide coupable. En même temps, je ne trouve pas ça non plus déraisonnable. Oui j’ai une vie chargée, et je ne sais pas forcément quand je pourrai partir en vacances. Me voilà donc 10 jours avant la date fatidique, armé de patience et de ma carte visa sur le MAGNIFIQUE site voyages-sncf.fr. Aller direct – OK, places – uniquement en 1e mais OK ça me convient. Prix, avec carte 12-25 : 101,-€. Renouvellement de carte 12-25 en prime à 49€. Mais sans la réduction, le billet chiffrait quand même dans les 140€. Je ne sais pas pour vous, mais je trouve ça cher. Histoire de se faire une idée, direction mappy.com…

km

92,65€ avec péages pour un diesel de taille moyenne. Moi, 101 €, quelqu’un sans carte : presque 150€.

(Tout ça sans compter les 120 bornes que mes parents font pour venir me chercher avec une SP95…)

Je veux bien que cette estimation ne rende pas compte de détails genre assurance ou amortissement de l’engin, ni du plaisir de conduire une représentante de la manufacture de moteurs bavaroise par exemple. Mais bon reste que le trajet en train que la Bien Pensance veut nous faire faire me coûte une P***** de fortune !

Du choix d’un thème WordPress

Cela fait maintenant quelques temps que cet espace devrait être ouvert. Cependant, si WordPress est un outil génial, il n’en reste pas moins qu’à un moment il faut choisir et adapter un thème.

Voilà là où j’erre pour l’instant. Dans mon esprit, ces carnets devraient prendre la forme d’un Webzine. Mais voilà, ça fait maintenant plusieurs semaine que je cherche LE thème, celui qui sera le vecteur de mes mots (^^’). Après en avoir essayé plusieurs, et parce que je ne suis pas près à acheter un thème pour ce qui n’est encore qu’une expérimentation, j’hésite entre Vina de Nurudin Jauhari et Massive News de Jason Schuller. On verra bien ce que ça donne à l’usage…