Why I went from the Apple Watch to a Garmin fēnix 3 HR

Hello everyone,

in July last year I wrote an article about the Apple Watch, detailing my opinion on the user experience and mostly what I thought the use of such a device could be.

Turned out, I sold it in February this year and got a Garmin fēnix 3 HR instead.

fenix3_familyshot

 

Reselling the Apple Watch

This is actually the first Apple product that I resell.

The reasons for the decision are twofold: it has to do with functionalities, but mostly with the expectations I have for a wearable device.

In the end of my Apple Watch article I finished by stating what was at the time a big limitation: with WatchOS 1 only the interface of an App ran on the watch itself, the rest was on the iPhone, which led to limitations for the App both in terms of functionality and speed. WatchOS 2 did bring native Apps on the watch. However my experience as a user did not really improve. The apps remained slow and very dependent on the iPhone. At some point I gave up on third-party apps altogether.
It has something to do with the user interaction as well. I still think that if the interaction with an app should last longer than about 30 seconds, it is faster to do whatever the task may be on the phone. As an example I can mention the newspaper apps. I don’t think it makes a lot of sense to actually read an article on the watch – that means my use of such an app was limited to headlines. Which brings me to notifications.

Notifications

I believe the value proposition of the Apple Watch relies on two key features: notifications and fitness. I went from finding notifications on the Watch useful to turning them off in a few months. In the beginning I had all the notifications of my phone on my wrist. It was a lot. It took me a few weeks to shut down all notifications from third party apps (with the exception of WhatsApp). I used to find it very useful be instantly notified of incoming messages on my wrist and being able to see what just came in in just a glance. To this, I have three observations:

  • Focusing on something became a lot harder. Because I turned off almost all notifications but for incoming messages, I knew if the Watch vibrated it was « important ». Let me illustrate that with a short anecdote. I was sitting in a meeting and making an important point to the management of my client. As I was speaking, the watch vibrated once – and it took me just a moment to process this event and moving forward with what I was saying. It was a bit of a weird moment, and because the taptic feedback is quite discreet, no one knew why I just kind of paused in my speech.
  • At some point I began to feel social pressure… When someone wrote me and I was doing something – let’s say having a coffee with a friend – I saw something came in, but ignored it to answer it later on. I used to do that, but now I knew if the sender of the message knew I had the Apple Watch, they knew I was ignoring them, because I just got a tap on the wrist. There are times I am just not available to answer a message right away (when discussing with someone for instance) and I didn’t like feeling this expectation. But for that point maybe it’s just all happening in my head.
  • The last remark is in the same situation as I just described: the message did take my attention away for a moment, which ends up being rude for the person sitting in front of me.

Fitness

The second main feature is the « fitness watch ». It does quite a good job at doing that, but a lot of the fitness watches out there (Garmin or fitbit) do a far better job for a lot less money. Because of my recurring issues with third party app, I only used the native Apple App for sport. It is good, but does not offer a lot of feature to analyse your data – point where fitbit and Garmin excel. Plus I did have some issues: using the touch display when you’re sweating a lot is really not easy. The heartfrequence tracker was sometimes just not doing its thing (no idea why), mostly during the warm-up, which is when I kind of really want this information. And there is no sleep tracking, because the battery just won’t allow it, you have to recharge at night!

Having reached this point, I decided the Apple Watch may be a great product, but just does not live up to my expectations. Which is why I went on selling it and getting a Garmin fēnix 3 HR.

Garmin fēnix 3 HR

Multi-angle-fenix-3

Now I’m not going to review it. If you’re interested this is the review made by Jeff Rizzo – which is in my eyes the best one on youtube.

I’ll just mention the distinctive features which make this watch a better match for me.

  • It has a life without the phone. You can go for a run/a ride without the phone, and still track everything (built in GPS) without restrictions in the functionalities.
  • The battery lasts more than a week (about 9-10 days for me) on one charge, with 3 workouts a week and bluetooth during the day.
  • The display is always on. You can have a discreet look at the time without doing the wrist gesture to activate the display. Now the Apple Watch does have a far better resolution and colors. But it comes at a very high cost.
  • It is waterproof – and tracks your swim.
  • The Garmin Connect App on the phone, on the Mac and the Website sync all seamlessly and offer a LOT more data than Apple. (Just google Advanced Running Dynamics, it is really cool). Data in itself is good, but the added value is in the insights that are built on it. There are plenty of visualisations. During the workout you get help (fitness index, VO2 Max, Lactate Threshold, heartrate areas). I think a very advanced runner may know all of this out of their experience. I don’t and I appreciate the help.
  • Last but not least: it looks a lot cooler!

Of course it is not perfect and does have some drawbacks – the display is not as high def as the one of the Apple Watch (there is pixelisation on the hands of watch if you use an analog watch face). Not having a touch display is both a pro and a con: a pro because you can use the watch without looking at it, with sweat on the fingers, or with water on it; a con because navigating through the menus is not always straightforward.

In the end it is a better match for me and I’ve been a lot happier with it than I ever was with the Apple Watch.

Now why am I writing all of this? I am actually trying to share one insight, because it took me several months to really understand this.
Much more than for a phone, if you are condisering buying a wearable, you need to think about what your expectations are. As you’re going to wear this thing all day, it can only a great experience if it matches what you expect from it.
You like real watches and only want activity tracking? Maybe have look at jabra product or fitbit charge (hr).
You want to replace your watch, see a lot of value for fitness, a bit less for smartwatch functionalities? A Fitbit Blaze or Garmin Vivoactive HR could be what you’re looking for.
Or the other way around, fully fledged smartwatch appeals to you, fitness is only secondary: I guess that’s where Apple and AndroidGear have the best added value.
And last but not least: you want to be serious with sport and fitness data more than everything else: that’s the space for the fēnix 3.

Thoughts About the Apple Watch

hoff

As an early adopter and strong believer in the Great Steve, I didn’t even try to fight the urge to buy the new Apple Watch. This will come as a surprise to anyone knowing me…

I bought the dark version of Apple Watch Sport 42mm two weeks ago, and had many questions from friends and colleagues since then. As I did when I switched a few years back from the iPhone 3G to a BlackBerry Bold 9700 (yep… but that’s another story), I am going to share here some thoughts about the Apple Watch.

I’ve always loved watches. Nice watches. My dream is to have one day  an Omega Speedmaster. Since the smartphones have become ubiquitous, a watch is less necessary. You always have your phone with you, which already gives you the time. And a watch is old school: it’s a single purpose device. For many, wearing an Apple Watch will be a switch from not having a watch to wearing one. For me it’s going from a vey nice Tissot to something not wearing the words « swiss made ». Which brings me to the price tag.

Apple Watch

The Apple Watch Sport in 42 mm costs about 450€. I chose this one because I actually like the aluminum finish over the stainless steal. But it has something to do with the price tag as well. I initially tried an Apple Watch (not sport) with the steal armband. It felt very nice, but the price is then north of 1200€. Though for a watch this price is not extravagant in itself, I am not sure about the loss of value. Usually a watch above 1000€ does not lose value very fast. Yes it is expensive, but it mostly keeps its value. In the case of the Apple Watch I guess that when the Watch 2/S/Plus will come, the first one can basically be written off. So for 1200€ I’ll rather buy a Rado. (On a side note, about two thirds of the price is the armband…)

The quality of finish is really good. I won’t cover that part – if you want more details, read the very detailed review on Ars Technica. On a personal note, I hope matching aluminium armbands will become available from third parties for a decent price.

Now the part that I actually want to cover, the software/user interaction side.

The first function of the watch is, in the words of my girlfriend, to be « a remote control for the iPhone ». Though it’s correct, it brings other functionalities, but what I think is a new interaction paradigm as well.

I haven’t installed a lot of apps on the watch. I haven’t found that many actually. From third party I have Soundhound, Twitter, Evernote, Nike+, AirBerlin and DB Navigator (this last one I haven’t got to work properly). Of these I think the best ones are Soundhound and Twitter – both have a strong usecase for the watch, and work fast. One major issue for third party apps is that in watchOS 1 the logic runs on the iPhone and only the graphic interface is on the watch itself. It will change with watchOS 2 this fall. For the time being it does have major drawbacks: speed, usability when the iPhone is not around and no access to the watch’s sensors. I hope the watchOS 2 will solve that.

In the apps from Apple, I mostly use the emails and messages. The preview of emails is actually very usable, even for rather long emails. The message app works great. The contextual answers are often relevant, and Siri works fine – when you are in a situation where you can talk to your watch. The language for both is the language of the conversation. I have set up the watch in French, but if I receive a message in German, the contextual answers are in German and Siri expects me to speak in German. Most of the time it’s just fine, but I’d like to be able to control that – « Siri – switch language to English ».

A lot of the added value comes for the fitness capabilities. It has a heart sensor, accelerometer, and it can use the GPS from the iPhone. The heart sensor is precise. I own a Garmin watch with heart sensor as well, and could not notice any significant difference. That’s quite an achievement, because the Apple Watch does not require you to wear a sensor on your torso. The app from Apple works fine, and gives stats about the workout. It does not have advanced feature for running. The Nike+ app is very limited, because it does not have access to heart sensor, and suffers from context switches (I’ll come to this later). It has a lot of value for me. I live mostly in hotels, and I can have a full fitness companion without having to pack an extra watch, sensor and specific power adapter in my suitcase like I did with the Garmin.

Now on a more abstract level, I think this new space for software developer is interesting and challenging. It is much more personal than a smartphone. I wear this thing, I don’t want it cluttered with useless apps, it feels kind of my own personal space. I deleted a lot of them which were automatically installed. The interaction paradigm is completely different as well. The interactions are way shorter than on a phone. If I want to use the watch for more than 30 seconds, I take my iPhone. For mails, messages, Twitter – it goes faster to do something on the iPhone if the interaction is longer than about 30 secs. It brings some challenges. The added value of the app has to be delivered in that time. It has to load fast and offer me directly what I need. It has effects on the context switches as well. The Watch goes active when your bring your wrist to sight, and goes inactive after either a few seconds, or if you stop looking a you wrist. If the watch goes inactive and you call it back shortly afterwards, it will bring you back where you were. For instance Twitter will still be open. However it closes the apps automatically after a short period of time when inactive. It makes sense for a short interaction, the user does not have to press the digital crown (« home ») like they would do on an iPhone. On top of that, when you look at the watch, chances are you want to see the time, not where you left Twitter 2 minutes ago.

It works mostly seamlessly. But there have been times where the Watch did not behave a I expected it to (app already closed, or on the contrary app still open and I had to manually go back to the watch face). The only real problem I had is with Nike+. It works like a normal app, and does not lock the context like the Apple Training app. I hope watchOS 2 will solve this, because it makes a training app hard to use.

The battery life is good on the watch itself. I used it a lot, an didn’t go under 35% after a full day (from 5 am to midnight). It does affect the battery life of the iPhone. I used to leave the Bluetooth off. When I use the iPhone a lot within the day, plus now the watch, it ends up in low in red levels at the end of the day. The USB charge cable is ridiculously long, like if the power plug is in the kitchen and you want the watch on your night desk, Apple got you covered.

Conclusion

I like the watch. I see an added value in it, for the Watch Sport model. Though it does not have the romanticism of a mechanical watch.
The software is good, but today limited. A bit like iOS was in version 1 good (iPhone OS then!) but became great starting in version 3, I have big hopes for the Watch OS 2. It is a new space for software, with another interaction paradigm. Like the expectations and behavior of a Mac and an iPhone app are different, so is the watch compared to a phone. It will probably take a few month until everyone gets there.

Should you buy it? Well, if I were to answer that, I’d probably start a war with AndroidGear fans… Which helps no one. A few point to consider are – I think – the fitness capabilities, the potential for great software, and the easier access to messages when on the go. I think there is a fair case for waiting a well. The software isn’t there yet, and the next version is likely to have major hardware improvements.

When I was 7, I was a big fan of Knight Rider (still am). I liked how Michael Knight would talk to his watch, and KITT would come pick him up. I used to try to talk to my Casio watch so that my bike would come. Didn’t work. Now I can talk to my watch. We’re 50% there.

If you have questions, I’ll do what I can to answer them!

De l’indivisibilité de la République

droits_de_lhomme_details

Bonjour à tous,

je souhaite aujourd’hui faire un bref commentaire d’un fait divers. Le détail peut être trouvé dans cet article du Figaro.

Résumé des épisodes précédents
Pour faire court, des habitants d’un HLM de Nanterre se sont organisés pour occuper le hall de leur immeuble, afin d’en faire fuir des dealers qui y menaient leurs affaires. Il est précisé qu’ils avaient auparavant prévenu la police, qui n’avait rien fait. Dernier point devant être mentionné pour mon commentaire, est la mise en garde adressée par le cabinet du maire contre l’instauration de milices.

Pourquoi ce fait-divers en particulier?
Parce que j’ai l’impression que les bases de notre République sont considérées comme « acquises », alors qu’elles devraient nécessiter une attention de tous les instants.
Ce fait est particulièrement frappant, car on est proche de l’instauration d’une cellule féodale. Oui, féodale comme dans « moyen-âge ».

Une cellule féodale vous dites?
Une fois de plus je vais aller droit au but, et on pourra m’opposer de nombreuses objections suites à l’évolution ultérieure du système, mais la féodalité repose sur un système décentralisé et relativement simple. Il s’agit d’un accord entre des habitants (souvenez vous de l’histoire à l’école primaire, les « vassaux ») et un seigneur (le suzerain). La théorie de l’affaire, c’est que les habitants « entretiennent » le seigneur du fief (impôts, matières premières, abonnement Canal+), en échange de quoi le seigneur assure leur sécurité (contre les vilains Vikings, les bêtes sauvages, voisins…). Le principe de base du Moyen-Âge, c’est ça. Remarquablement simple, compréhensible. Un peu limité question démocratie par contre.

Back to the future
Le lien avec le fait divers? Imaginez un instant que, les habitants ayant autre chose à faire, ou bien trouvant ceci  trop dangereux, décident de se cotiser pour embaucher Chuck Norris, ou à défaut un ninja, pour défendre leur bâtiment. Vous conviendrez que vu les faits, c’est loin d’être invraisemblable, non? Et cette structure ne vous rappelle rien? Si. Une cellule féodale. Ce qui veut dire, s’il fallait vraiment le prouver, que la République n’a plus cours dans ce HLM.
Comme dans beaucoup d’autre endroits.

Et la milice dans tout ça?
Un peu par esprit de contradiction contre la municipalité PCF, je rappellerai que la sécurité est l’un des quatre droits fondamentaux et inaliénables de l’Homme. Cette sécurité, dans le cadre du droit, est la responsabilité de ladite municipalité, qui ainsi manque à un de ses devoirs les plus primordiaux.
Ceci remet en perspective le fameux et très discuté Second Amendement de la Constitution des Etats-Unis:

A well regulated militia being necessary to the security of a free state, the right of the people to keep and bear arms shall not be infringed.

Je pousse un rien le raisonnement, histoire d’avoir une autre perspective sur ce sujet… A méditer!

J’ai lu « Deus Caritas Est »

TheosAgape_web

Bonjour à tous,

aujourd’hui brève note de lecture à propos de la première encyclique du Pape Benoît XVI, Deus Caritas Est (Dieu est amour), publiée en 2005. Suite à l’annonce de sa renonciation au pontificat suprême, je me suis un peu penché sur qui est Joseph Ratzinger. J’ai été surpris du décalage entre son image médiatique et son œuvre, et histoire de confirmer cette impression, je me suis lancé dans la lecture de sa première encyclique.

Commençons par déblayer le terrain, « une encyclique c’est quoi au juste? »
Une encyclique, c’est tout simplement une lettre circulaire, adressée par l’évêque de Rome aux évêques du monde, et à toute personne passant par là. Une encyclique est un moyen pour le Pape, qui est le premier évêque, de donner des indications (d’ordre assez général) à ses collègues, sur un point de dogme, sur un sujet plus ou moins d’actualité, ou sur toute autre chose lui passant par l’esprit.
Par contre ce n’est pas une extension du dogme, et cela n’engage pas l’infaillibilité pontificale. (On fantasme beaucoup sur cette infaillibilité je trouve. Pour mémoire la dernière fois qu’un Pape a parlé ex cathedra, c’était Pie XII en 1950. Donc pas tous les 4 matins non plus.)

Je voudrais mentionner deux idées de cette encyclique. Je ne prétends pas à l’exhaustivité, ni même à la vérité d’ailleurs. Ce sont des idées que je trouve marquantes, et mon but secret et ultime est peut-être de susciter ta curiosité à toi, lecteur. C’est un livre d’environ 70 pages, qui se laisse lire facilement et que j’ai même trouvé très clair.

Comme son titre l’indique (venant de la première lettre de Jean 4,16), il est question de l’amour. Amour qui joue un rôle central dans le christianisme, n’oublions pas les deux commandements « supplémentaires » ajoutés par le Christ au décalogue.

Qui a empoisonné Eros?
Le premier point est que contrairement à ce que Nietzsche a dit, ainsi qu’un certain nombre de ses disciples, l’Eglise n’a pas empoisonné Eros.

Point de vocabulaire, par « amour » que désigne-t-on? En effet il ne faut pas prendre les mots pour des idées, et le mot amour, love, Liebe, est remarquablement imprécis. Dans la tradition grecque, on dénote trois aspects : eros, l’amour charnel et passionnel ; philiae, l’amour familial ou amical ; et agapè, souvent traduit par charité, qui est une forme d’amour gratuit et sublime. (Pour faire court bien sûr, mais si vous vous lancez dans la lecture, Benoît XVI redéfinit ces termes.)
Benoît XVI affirme au contraire que :

il existe une certaine relation entre l’amour et le Divin : l’amour promet l’infini, l’éternité – une réalité plus grande et totalement autre que le quotidien de notre existence.

Et d’ajouter :

Si l’homme aspire à être seulement esprit et qu’il veut refuser la chair comme étant un héritage simplement animal, alors l’esprit et le corps perdent leur dignité. Et si, d’autre part, il renie l’esprit et considère donc la matière, le corps, comme la réalité exclusive; il perd alors sa grandeur.

La mise en garde du christianisme est qu’un eros non « purifié » mène à une réification du partenaire, qui devient un objet du plaisir, et non plus une fin en soi. (Et oui, même le Pape peut invoquer à demi-mot la morale kantienne…). Mais qu’on ne dise pas que l’Eglise est mal à l’aise avec la chair. A ma connaissance, mais qu’on me montre que j’ai tort, il me semble que seul le christianisme promet la résurrection certes des âmes, mais aussi des corps. Et pas n’importe quel corps d’ailleurs, la résurrection est faite avec le « corps glorieux » (cf. Lettre de Paul aux Philippiens 3,21). En d’autres termes nous aurons alors tous 27 ans et serons beaux et bons, sauf George Clooney qui sera dans la cinquantaine pour garder ses cheveux poivre-et-sel.

Charité, ou justice sociale?
Le deuxième et dernier point que je veux souligner se trouve dans la deuxième partie de l’encyclique. Le Pape y aborde les conséquences de l’amour dans la société, la charité, et le rôle de l’Eglise. Il y adresse notamment les critiques marxistes de la charité (se donner bonne conscience, retarder la révolution prolétaire, touSSa). Je cite à nouveau. La citation va être longue, mais le texte est beau et limpide, je ne veux pas paraphraser :

Il n’y a aucun ordre juste de l’Etat qui puisse rendre superflu le service de l’amour. Celui qui veut s’affranchir de l’amour se prépare à s’affranchir de l’homme en tant qu’homme. Il y aura toujours de la souffrance, qui réclame consolation et aide. Il y aura toujours de la solitude. De même, il y aura toulours des situations de nécessité matérielle, pour lesquelles une aide est indispensable, dans le sens d’un amour concret pour le prochain. L’Etat qui veut pourvoir à tout, qui absorbe tout en lui, devient en définitive une instance bureaucratique qui ne peut assurer l’essentiel dont l’homme souffrant – tout homme – a besoin : le dévouement personnel plein d’amour. Nous n’avons pas besoin d’un Etat qui régente et domine tout, mais au contraire d’un Etat qui reconnaisse généreusement et qui soutienne, dans la ligne du principe de subsidiarité, les initiatives qui naissent des différentes forces sociales et qui associent spontanéité et proximité avec les hommes ayant besoin d’aide.

(Sache cher lecteur que ne pas souligner les implications politiques de ce passage nécessite 100% de mon self control… je n’ai fait que mettre en gras)
Ce passage est extrait du paragraphe 28 de l’encyclique, j’en conseille la lecture à toute personne impliquée dans la vie publique. On peut ne pas être d’accord, mais au moins on comprendra ce à quoi on s’oppose.

Voulant garder ce post court, je vais m’arrêter là. Il s’agit d’un ouvrage accessible. Il est relativement court (~70 pages), et facile à lire. Certes si on est familier avec certaines concepts philosophiques, tels que les formes d’amours citées plus haut, ou l’histoire de la pensée occidentale (cosmogonie // judaïsme -> christianisme -> humanisme -> déconstruction -> matérialismes & co ) on pourra certainement aller plus vite, mais Benoît XVI réexplique au fur et à mesure les concept clés pour comprendre son message. Pour conclure j’en conseille la lecture à toute personne intéressée par le christianisme en général, par une étude de l’amour, et par la politique.

 

Crédits photographiques ici.

Pourquoi (malgré tout) je reste à l’UMP

Chers tous,

Beaucoup d’entre vous le savent, je l’ai dit assez souvent, je suis un militant UMP (*). Suite aux évènements de ces derniers jours, où on se rapproche toujours plus d’un remake de Dallas, on m’a demandé à de nombreuses reprises ce que j’en pensais. Et surtout si je confirmais mon engagement.

Je dois vous avouer que j’ai douté et ai sérieusement envisagé de partir. Cette lutte est ridicule, car la présidence du parti n’implique plus d’être le candidat à la présidentielle. Et ce n’est pas en revotant qu’on fera disparaître les différences. Par ailleurs je rajouterai que pour moi en particulier, mon adhésion à l’UMP n’est pas exempte de jugement critique.
Pour la faire courte, je me considère proche des courants « libéraux classiques » (vs. libéraux utilitaristes). Sauf qu’en France, les libéraux, dans la tradition Tocqueville/Bastiat/Smith/Hayek (…Friedrich, pas Salma), sont une espèce en voie d’extinction. Sans compter qu’appartenant désormais à la Fédération des français établis hors de France, le militantisme au jour le jour est un concept pour le moins abstrait.

Alors pourquoi rester à l’UMP?
Pour le principe (et la rhétorique) je commencerai par répondre qu’on ne quitte pas une organisation parce qu’elle est en difficulté. Enfin on peut, mais ça s’appelle de la lâcheté.
Si on rentre plus dans le détail, la guerre des Roses qui est en train de se rejouer ne change pas fondamentalement la donne politique. La gauche au sens large, c’est à dire du PS jusqu’aux différents extrêmes (PC, Verts) concentre pour la première fois de la Ve République tous les pouvoirs. Cette coalition ne semble pas mesurer l’envergure des défis auxquels elle doit faire face. Elle se concentre sur son image, son image de normalité. Franchement, normal ou pas, je n’en ai personnellement RIEN A SECOUER, du moment que le travail est fait, ça me suffit. Le gouvernement, malgré sa concentration des pouvoirs, produit des textes obscurs, mal pensés, mal calibrés, et ne parvient même pas à les faire passer, que ce soit par erreur de procédure ou à cause de leur majorité aléatoire au Sénat. Si les membres du gouvernement eux-mêmes n’ont que peu d’expérience, l’armée de conseillers en tous genres devrait pourtant pouvoir parer ce genre de problèmes!
Vu de l’étranger ce n’est pas beaucoup mieux. On retient les 59% du PIB en dépenses publiques. L’économie presque planifiée (les déclaration fracassantes de notre ministre du redressement productif n’aident en rien). Le fait que l’Etat fonctionne grâce à la dette. Dette que ma génération devra payer (merci by the way). Mais surtout, et je parle car ce milieu est mon environnement professionnel, la France c’est le pays hostile à l’entrepreneuriat, et à l’enrichissement. Pourtant je crois sincèrement que nous aurions toutes les cartes en main : infrastructures, formation, et une certaine fierté française qui pourrait faire des étincelles. (J’ai notamment à l’esprit deux exemples courageux de création de start-ups en France.)

L’UMP ne propose pas de solution parfaite à tous ces défis. Et comme je l’ai dit, étant un « vrai » libéral (ce que le commun des mortels a tendance à appeler un ultra-libéral… mais pour aujourd’hui ça passe), il y a des jours où je me sens seul. Cependant l’UMP est une Union, une union de différentes sensibilités. A l’UMP, nous n’avons pas de doctrine, de description d’un monde parfait, comme c’est par exemple le cas pour le socialisme. Nous avons des valeurs, auxquelles nous croyons, et dont on espère qu’elles peuvent nous mener vers un monde meilleur. Et c’est une force. Nous pouvons échanger entre nous. J’ai par exemple pris un grand plaisir à discuter et travailler lors de sa campagne avec Cécilia Durieu, même si sur de nombreux sujets nous n’étions pas d’accord. J’ai appris de ses positions.

Alors voilà pourquoi je reste à l’UMP. C’est un parti imparfait, avec dirigeants imparfaits, particulièrement doués ces derniers jours pour foutre le bordel créer de l’entropie. Mais c’est un parti vivant. C’est un parti où on discute. C’est un parti où parfois on s’en envoie plein la tête. Mais c’est un parti libre. C’est le parti intransigeant sur la liberté, et avant toute chose sur la liberté individuelle. Ceci n’est pas près de changer. Et donc, even if it’s gonna be a rough ride, je reste.

 

* pour ceux que les détails intéressent :
Fédération des français de l’étranger – section Allemagne, membre des jeunes actifs de l’UMP (ancien jeune pop, ancien membre des jeunes actifs 38, ancien membre des fédérations 44 et 38)
directeur de la communication pour Jean-Claude Peyrin sur la 1e circonscription de l’Isère lors des élections de 2012.

Licence Creative Commons

Engineers are meant to be artists

Dear all,

This is a translation of the post in French (Parce que les ingénieurs sont des artistes). I think some non-French-speaking people might want to have a look at it… or at least I hope so!

At last, I publish a new article. It is not that easy to keep a blog alive, to write a post worth reading. Though I am very involved otherwise, especially in politics, this is not the only reason. I have been experimenting a quite strong dry spell for the last few months, and it brought me to do some introspection.

My aim when writing these lines is to share an « epiphany » that I had. You may know it (or not), I am currently finishing up my studies as an engineer (French understanding, MSc for the rest of the world). You may know it (or not), I had the chance to work for four months last year at dw capital, a start up incubator/VC in Cologne. On my last day, I was offered a few gifts. Among them, there was a book « 55 Gründe, Inegnieur zu werden« , the 55 reasons to become an engineer. It was offered to me because after spending on year in a business school, I was to return to my engineering Grande Ecole.

In October 2011, I opened this book, and began to read it. The author first presents his joy as being an engineer, and then lists these 55 reasons. All of them are worth reading. But my so-called « epiphany », is reason #1.

« …weil Ingenieure Künstler sind » — « …because engineers are artists »

Shock #1 : I am in the last year of my MSc. I have wanted to become an engineer since I was 8, in embedded systems since I was 15. It is a call. An it never, never occurred to me, though it was pretty much obvious.

Shock #2 : it happened because of being shocked. My father is an engineer, my mother is an artist. If one person could have connected the dots, it should have been me!

Theodore von Karman, a famous engineer, put it this way :

A scientist discovers that which exists. An engineer creates that which never was.

This is the essence of it. Being engineer, is creating. Creating, is what defines an artist.

Since then, I see more what Steve Jobs meant when he talked about Apple being at the crossroad of technology and humanities. A meeting point is already an interesting place, and this one especially, because they are places where creation happens. On the same idea, I understand more what Tim Cook meant with his « cross-fertilization ».

To conclude on the analysis side, I think that the archetype of the engineer should be Leonardo da Vinci. Able to conceive machinery, conduct research, design, and paint. An engineer has to be creative.

Don’t get me wrong, I am not saying that everyone can be Leonardo, me included. But I strongly believe that the engineer should be conscious of this. The day after reading this, I asked around about it, and for most of them it seemed to be meaningless. Now it can very well be that I am a bit wacko. And I do not pretend to hold the absolute truth.

What I am describing certainly dates back to the end of the Renaissance, at the beginning of humanism. It was at that time that modern science was born. And this was without a doubt a huge step forward for science. For engineering too, but as this work is not only scientific, and open on the world, it should be embraced in a more holistic way. After all, even Newton, who is usually considered to be one of the father of modern science, was also very prolific in not-so-scientific areas.

To conclude on this post, I am going to mention two consequences that I feel.

The first on if about the whole start up world, where maybe more than anywhere else artists-engineers are needed, to envision not only new solutions, but also completely new sectors.
A correlated point is that stereotypes have to be handled with caution. I am in a computer science university, I see clearly what appears often on people’s face when « computer » is said. We must not let this stereotype hinder our minds. These people, eager to judge, probably enjoy checking their Facebook updates from their smartphone.

The second consequence is related to engineering studies in France. I am not aiming at criticizing the whole system, system of which I am a product, and which I think is pretty good overall. When I see something I don’t like I tend not to separate myself from the whole, but to stick with it and try to bring my two cents. The purely scientific part of the teachings is really great. But I am wondering if, especially at the end, it wouldn’t be a good idea to give more room to personal initiative. Now I say this cautiously, because I am talking about personal initiative, and I am the first to want less « system ».

This is the end of this post. For me it is a risk, but I really wanted to share this thought. If you are reading this and you happen to be an engineer, please indulgent, I am still a rookie. You may think I am reinventing the wheel, and it may be true. You may think that I am overreacting, and I won’t agree with you, though I am perfectly fine with different opinions. But if for at least one person, it opens new possibility, I shall consider my work done.

Thank you for taking the time to read this, and feel free to comment.

I want to thank dw capital for offering me this book, and showing me the way.

Photography by Luc Viatour (CC BY-SA 3.0)

Parce que les ingénieurs sont des artistes

Chers tous,

Enfin, enfin, voici un nouvel article. Ce n’est pas tous les jours simple de tenir un blog, rédiger un article qui vaille la peine d’être lu nécessite un certain travail. Mes nombreux investissements personnels, notamment en politique me prennent certes beaucoup de temps, mais ce n’est pas tout. Depuis plusieurs mois, je vis le « traumatisme de la page blanche », dans une déclinaison assez forte. Et cela m’a mené à faire un peu d’introspection.

Si j’écris cet article, c’est pour partager une « révélation » que j’ai eue. Vous le savez peut-être (ou non), je termine une formation d’ingénieur. Vous le savez peut-être (ou non), j’ai eu la chance de travailler quatre mois l’année dernière à Cologne, chez dw capital, un incubateur de start-ups. Le jour de mon départ, un certain nombre de cadeaux m’ont été offerts. Parmi eux se trouvait un livre, « 55 Gründe Ingenieur zu werden« , les 55 raisons de devenir ingénieur. Il m’a été offert parce qu’après être allé pendant un an en business school, j’allais retrouver les bancs de mon école d’ingénieur.

En octobre 2011, j’ai ouvert ce livre, et ai commencé à le lire. L’auteur présente en introduction sa joie d’être ingénieur, puis liste les fameuses 55 raisons. Elles sont intéressantes, toutes. Mais cette « révélation » dont je parlais, c’est la raison n°1.

« …weil Ingenieure Künstler sind » — « …parce que les ingénieurs sont des artistes ».

Choc #1 : je suis en dernière année d’école. J’ai voulu devenir ingénieur depuis mes 8 ans, et en systèmes embarqués depuis mes 15 ans. C’est une vocation. Et jamais — jamais — je n’avais réalisé cela alors que c’était évident.
Choc #2 : s’est produit quand j’ai réalisé avoir été choqué par cette raison. Mon père est ingénieur, ma mère est artiste. S’il y a une personne qui aurait dû faire le lien facilement, c’est bien moi!

Theodore von Karman, un ingénieur notable du XXe siècle, a résumé cela en une formule :

A scientist discovers that which exists. An engineer creates that which never was.

Voilà l’essence de la chose. Être ingénieur c’est créer. Créer, c’est ce qui définit un artiste.

Depuis lors, je suis d’autant plus sensible à ce que disait Steve Jobs, qui voulait qu’Apple soit au croisement de la technologie et des sciences humains. Car un lieu de rencontre en général, et celui-ci en particulier, est un lieu de création. De la même manière, je comprends l’idée de « cross-fertilisation » mentionnée par Tim Cook.

Pour conclure cette partie analyse, je crois que l’archétype de l’ingénieur doit être, et est pour moi, Léonard de Vinci. Capable d’imaginer des machines, de conduire des recherches, de dessiner, de peindre. L’ingénieur doit être un créatif.

Maintenant je ne crois pas que tout le monde puisse être Léonard, à commencer par moi. Mais je crois que l’ingénieur devrait avoir un minimum conscience de cet état de fait. Le lendemain de cette lecture, j’ai interrogé quelques personnes, et pour la plupart cela était peu signifiant. Et il se peut tout à fait que je sois un illuminé. Et je ne prétends pas non plus détenir la vérité.

Ce que je décris vient certainement de la fin de la Renaissance, avec le début de l’humanisme. C’est à cette époque que la science au sens moderne commence. Et pour la science c’est certainement une très bonne chose! Pour l’ingénieur aussi, mais comme son métier n’est pas uniquement scientifique, en étant ouvert sur le monde, il faut l’embrasser de manière plus holistique.  Après tout, même Newton, souvent considéré comme étant le père de la science moderne, était versé dans des domaines que l’on pourra juger fort peu « scientifiques ».

Pour conclure, je vais mentionner deux conséquences que j’entrevois.

La première concerne le domaine des start-ups, où peut-être plus qu’ailleurs il faut des artistes-ingénieurs, pour imaginer de nouvelles solutions, mais aussi de nouveaux secteurs.
Le corollaire de ce point est qu’il faut se méfier des stéréotypes. Je suis dans une école d’ingénierie informatique, et je vois bien le visage des gens quand la formule « ingénieur informaticien » est prononcée. Il ne faut pas se laisser polluer par ce stéréotype. Ces gens prompts à juger sont par ailleurs certainement très heureux de pouvoir aller sur Facebook depuis leur smartphone.

La seconde conséquence concerne les études d’ingénieurs. Je ne veux pas me lancer dans une critique généralisée du système. Système dont je suis un produit et auquel j’adhère pour la majeure partie. Je préfère ne pas me désolidariser quand je vois quelque chose à améliorer, mais rester et faire mon possible pour apporter ma pierre à l’édifice. La formation scientifique est, à mon humble avis, excellente. Mais je me demande s’il ne serait pas judicieux de donner une part plus importante à l’initiative personnelle, surtout à la fin des études. Sur ce point j’avancerai avec beaucoup de prudence, car je parle bien d’initiative personnelle, et je suis le premier à dire vouloir moins de système et plus d’individuel.

J’en viens à la fin de ce propos. Pour moi il représente un risque, mais je tenais à partager cette idée. Si vous lisez ceci et que vous êtes ingénieur, s’il vous plaît soyez indulgent envers le néophyte que je suis. Vous penserez peut-être que je réinvente le fil à couper le beurre. C’est tout à fait possible. Vous penserez peut-être que j’en fait des tas pour fort peu de choses, que tout ceci est bien superflu. Nous ne serons pas d’accord, et cela ne me froisse pas, chacun a le droit à son opinion. Mais si pour au moins une personne, cela écarte des oeillères autant que cela a été le cas pour moi, alors je jugerai mon travail accompli.

Merci de m’avoir lu, et n’hésitez pas à vous exprimer via les commentaires.

PS.: Merci à dw capital pour ce livre, et pour m’avoir grandement mis sur la voie.

Crédits photographiques : L’homme de Vitruve, par ce brave Léonard, et pris en photo par Luc Viatour (CC BY-SA 3.0)

Lettre ouverte à MM. Le Guen, Montebourg, et Todd

MM. Le Guen, Montebourg, Todd,

 

Je vous écris suite aux propos que vous avez tenu au début de ce mois, à propos de l’Allemagne. Respectivement, vous avez comparé M. Sarkozy à « Dalladier à Munich », avez parlé d’une « politique à la Bismarck », voire de « l’ivresse de puissance ». En tant qu’européen d’idées et de faits, et en tant qu’humaniste, vous me forcez à sortir de ma réserve.

Si vous cherchez à me cartographier d’un point de vue politique, effectivement je suis un sympathisant UMP. Mais messieurs, cela n’est pas pertinent ici. J’ai une haute idée de la chose politique. C’est pour moi par là que passe le progrès, et par là que beaucoup de possibles sont créés. Et messieurs je me réjouis de pouvoir vous écouter. Certes nous ne sommes pas d’accord sur beaucoup de choses, mais je ne prétends pas détenir la vérité universelle. Comme le disait St-Exupéry, « si tu diffères de moi, loin de me léser, mon frère, tu m’enrichis ». La politique commence par un échange d’idées. Vous me direz que je suis idéaliste – en vérité je le revendique.

Mais messieurs par vos propos vous êtes allés trop loin. Peut-être vos mots ont-ils dépassé vos pensées, peut-être était-ce réfléchis. Je ne vais pas chercher à faire des suppositions sur ce point. Au niveau auquel vous évoluez, et vue l’audience à laquelle vous avez accès, quelles qu’en soient les causes, de tels mots ne sont pas acceptables. Pourquoi?

Messieurs, si je regarde l’histoire de ces 150 dernières années, je vois que la France et l’Allemagne ont été en guerre trois fois. Je vois que ceci a détruit notre continent trois fois. Et que certaines des pires atrocités qu’a connu l’humanité ont trouvé leur origine dans ces conflits. A la fin des guerres de 70 et 14, les germes de la suivante existaient dans le ressentiment résiduel.
Les relations que nous entretenons avec l’Allemagne depuis la fin de la Guerre sont quelque chose que nous devons chérir par dessus tout. Le temps passant, la reconstruction se faisant, nous avons laissé ce ressentiment de côté. Mais messieurs, on ne met pas fin à un cycle plusieurs fois centenaire en 60 ans, et la paix n’est pas automatique.

Messieurs, je dois aussi vous dire que je suis un métis. Je suis en partie d’origine allemande, en partie d’origine française. Aussi la xénophobie anti-allemande, j’ai à ma disposition de nombreuses histoires de famille pour l’illustrer. Actuellement, le métissage n’est plus une tare. S’il vous plaît, ne faîtes pas en sorte que par des propos visant à exciter les esprit, vous ne défaisiez de progrès.

Messieurs, s’il y a une constante dans les crises passées, c’est que pour ne pas s’en sortir il faut se désunir. Les temps nous mettent face à une adversité avec peu de précédents. Soyons tous à la hauteur de ces épreuves. Pas en cherchant à être d’accord sur tout, mais en faisant de la politique avec respect, maîtrise, et en regardant l’avenir.

Messieurs, j’en ai fini avec cette lettre. Demain vous figurerez toujours dans les personnes écoutées de ce pays, et je serai toujours dans la majorité silencieuse. Mais si d’aventure vous passiez ici, et si vous lisiez ceci, j’espère que vous réaliserez à quel point ce type de sorties n’est pas acceptable.

Dans le cas contraire, et parce que je serai fidèle à mes idéaux humanistes, vous trouverez en moi un farouche opposant.

Sincères salutations,
André Rudolf Benoit

Homme vs. Animal, selon Rousseau

Les deux distinctions entre l’homme et l’animal selon Rousseau.
Mais pourquoi, pourquoi est-il si important de savoir quelle est la différence entre l’homme et l’animal?
1/ C’est évident.
2/ En quoi est-ce important?
3/ A part couper les cheveux en quatre, ça apporte quoi concrètement?

Voilà ce que je pensais quand j’étais jeune et innocent — j’entends par là en terminale…Alors prenons les choses dans l’ordre, commençons par le deuxième point. L’idée fondamentale, c’est que la philosophie propose une vision du monde. Et cette vision, il faut bien la baser sur quelque chose. A l’époque de la Grèce Antique, tout va bien, le monde est harmonieux, donc on va tout baser sur l’ordre du monde. Après vient l’époque du christianisme : D.ieu est parfait, il est tout, le début et la fin, est membre du Rotary, et a une carte Visa Premier. Donc on a basé la vision du monde là dessus. Puis vint le XVIe siècle. Et là, on commence à se poser quelques questions sur la nature, et l’existence de D.ieu (la révolution copernicienne, la fin de l’argument ontologique et tout ça). Très bien. Mais cela ne nous dit pas sur quoi on va fonder notre vision du monde. L’idée qui va émerger, avec des gens comme Descartes et les suivants, est de fonder la vision du monde non plus sur un « Grand Horloger », mais sur l’Homme, sur nous. A priori une chose dont on est au moins sûr de l’existence.
Ce qui nous amène directement à la première question. C’est quoi un Homme? Ou plutôt quelle est la différence avec l’animal? Parce que nos 30 millions d’amis pensent, réfléchissent, éprouvent des sentiments — ok le vocabulaire n’est peut-être pas le plus approprié, mais vous m’accorderez cette imprécision sémantique. Le fait est que la réponse à cette question n’est pas simple, et a beaucoup tracassé nos amis philosophes lumineux.
Vient à présent le moment d’introduire les deux distinctions que fait Jean-Jacques, dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes.

1ere distinction

cette différence que la Nature seule fait tout dans les opérations de la bête, au lieu que l’Homme concourt aux siennes, en qualité d’agent libre.

L’idée de Jean-Jacques est que l’animal a comme un programme interne, l’instinct, duquel il reste prisonnier. L’homme a ce même instinct, mais a la liberté, peut faire le choix d’aller contre. Et Rousseau note, que quand il serait avantageux pour l’animal de s’écarter de son instinct, l’Homme le fait souvent à tort. L’exemple qu’il prend est par exemple qu’un pigeon, qui ne mange que du grain, pourrait mourir de faim, quand bien même il aurait un steak tartare à côté de lui. Cependant Jean-Jacques n’a pas l’air complètement sûr de lui à l’issue de cet argument, en sent le besoin d’enfoncer le clou, de manière beaucoup plus radicale.

2e distinction

Mais, quand les difficultés qui environnent toutes ces questions [cf. 1er argument], laisseraient quelque lieu de disputer sur cette différence de l’homme et de l’animal, il y a une autre qualité très spécifique qui les distingue, et sur laquelle il ne peut y avoir de contestation, c’est la faculté de se perfectionner […] et réside parmi nous tant dans l’espèce que dans l’individu

Et pour ne pas manquer quoi que ce soit de ce brave Jean-Jacques, il se demande quelques lignes plus loin pourquoi l’Homme est le seul être susceptible de devenir imbécile…L’idée sous-jacente est toujours la liberté dont l’homme dispose vis-à-vis de lui-même, ici pour évoluer. J’ai à l’esprit les documentaires qu’on peut parfois voir en cas d’insomnie profonde, sur TF1 vers 4h, où l’on voit ces tortues de mer qui, à peine sortie de l’œuf, savent qu’il faut aller vers la mer, qui n’ont pas besoin de Google Maps pour la trouver — vous voyez le tableau… Elles sont déjà à la naissance tout ce qu’elles seront au cours de leur vie. Pareil pour un chat, qui après un temps assez bref est ce qu’il sera pour toute son existence. Par contre, l’Homme, lui naît sans même savoir marcher. Il lui faut pas loin de 25 ans, soit certainement plus d’un quart de sa vie, pour être autonome. Et ce n’est pas pour cela que son évolution s’arrêtera là. Car s’il peut tendre vers plus de sagesse, comme le remarque Jean-Jacques, il n’est effectivement pas exclu qu’il tende vers plus d’idiotie. Mais Rousseau remarque que cette « perfectibilité » peut aussi se retrouver dans l’espèce tout entière. Pour reprendre l’exemple de Luc Ferry, si on prend une termitière à l’époque des dinosaures, et aujourd’hui, c’est la même chose. Alors que, même si tout n’est pas rose, nos sociétés humaines ont quand même fait d’énorme progrès depuis l’avènement de notre espèce!

Pour conclure, je vous propose d’aborder la 3e question : quelle finalité ?
En deux mots, comme je vous l’ai expliqué plus haut, connaître ces distinctions permet de jeter ce qui sera les bases de l’humanisme, la vision philosophique qui part de l’humain. Ce sont ces distinctions qui vont permettre (entre autres) à Kant de créer sa morale (des impératifs catégoriques), ou à d’autres de remettre au goût du jour, peu de temps après, un système politique — vous en conviendrez assez étrange — la démocratie.

 

Crédits photographiques ici.

 

A propos de la psychanalyse

Chers tous,

Suite à mon dernier article sur le critère de Popper, on m’a parlé à plusieurs reprises de l’exemple que je donne à propos de la psychanalyse, et on m’a demandé à plusieurs reprises d’être plus explicite dans mon avis.
Ce sera l’objet de ce court article. Attention, il s’agit de mon avis, dont je n’ai nullement la prétention de dire qu’il correspond à une Vérité.

(Avant toute chose, pour comprendre ce que je m’apprête à dire, je considère que vous avez lu mon propos concernant le critère de Popper.)

Un point sur lequel je ne transige pas est que je ne considère pas la psychanalyse comme une science. Le critère de Popper n’est pas qu’un simple jeu de l’esprit, il permet de détecter des pièges de la raison.
En plus de cela, la psychanalyse me dérange en ce qu’elle prétend tout expliquer. Le sujet est déterminé par son enfance, son milieu, sa famille, son histoire personnelle. La ligne est très fine, qui délimite cette pensée d’un déterminisme absolu. (A ce jeu on pourrait essayer de trouver les raisons qui font que j’écris cet article!) Pour ceux qui veulent s’amuser, il me semble que Kant traite du problème dans la troisième antinomie de la raison, dans la Critique de la raison pure. Personnellement, je suis du côté du libre-arbitre.

Cependant, j’essaie de ne pas être plus obtus que nécessaire, et je constate bien que la psychanalyse aide des personnes, et présente des concepts intéressants. (Preuve de l’intérêt que j’y porte, j’en lis l’Introduction.)

Mon avis, est qu’il s’agit d’un outil, et en aucun cas d’une science, qui, lorsqu’il est utilisé avec précautions et savoir-faire, peut-être utile.

Par ailleurs, et du moment que je vous ai sous la main, j’ai bien compris que ce blog n’est pas très actif actuellement… et je vous présente mes excuses pour cela!
Sachez cependant que je travaille à sa continuation, pour présenter des articles qui valent la peine d’être lus. Les outils Google Analytics montrent que les articles qui marchent le mieux sont ceux où j’essaie d’expliquer des idées assez techniques au premier abord. Or ceci nécessite un certain temps… Mais bon, je suis en pleine brasse coulée dans les Critiques de Kant, donc je devrais pouvoir recommencer à écrire des articles utiles (pas comme celui la..) d’ici peu!

La bise à tous (à toutes surtout)